Charte des élu·es

Conseil municipal du 5 juillet 2021

R-2021 209 Charte des élues et élus de Villeurbanne

Intervention commune des groupes Cercles Radical et Place Publique, Socialistes et citoyen·nes villeurbannais·es, Communistes et Républicains et Les Écologistes faite par Jonathan Bocquet

Monsieur le maire, chers collègues,

Cette intervention n’est pas pour nous féliciter mais pour réaffirmer notre ambition et notre exigence en matière de déontologie.

Cette charte était une promesse de campagne. Nous la votons symboliquement un an après l’installation de notre équipe. Nous ne l’avons heureusement pas attendue pour faire nôtres les principes qu’elle recouvre.

La désaffection des électeurs qui se déplacent de moins en moins les jours d’élection nous interpelle et même parfois nous navre nous qui sommes attachés à une citoyenneté active.

Heureusement, la défiance grandissante des citoyens à l’égard de la vie politique en général et de leurs élus en particulier n’est pas une fatalité. Mais en la matière nous pensons qu’il est préférable de donner l’exemple que de donner des leçons. C’est d’abord à nous que nous faisons porter une nouvelle exigence. En attendant qu’un jour peut-être le législateur encadre précisément le lobbying et les conflits d’intérêts à l’échelon local.

Cette charte n’est qu’une étape, symbolique. On y trouve des éléments basiques de rappel à la loi… Mais elle traduit la posture de notre majorité, fidèle à l’esprit qui avait été celui de notre campagne.

Cette charte est une avancée, il faudra aller plus loin. Sans confondre cependant ce qui relève de la réflexion déontologique de ce qui relève du débat politique. Il y a des traditions militantes diverses, des répertoires d’action multiples, des rapports à l’engagement et à la pratique des responsabilités qui peuvent s’affronter autant que des idéologies qui se confrontent. L’équilibre est précaire mais cet enjeu n’est pas théorique. On ne peut pas figer le combat politique en imposant pour règles, des principes qui résultent des valeurs subjectives que porte un camp contre les autres.

Nous le refusons pour nos adversaires et nous avons raison. Nous devons le refuser à nous même.

Être pédagogue et transparent, rendre des comptes, être soucieux des droits de l’opposition et des mobilisations spontanées ; c’est aussi ça la transition démocratique.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.