Organisation des écoles en cas de grève

Conseil municipal du 5 juillet 2021

R-2021-204 Règlement d’organisation des écoles en cas de grève

Intervention de Laurent Quiquerez

 Monsieur le Maire, chers collègues,

Ce dossier social renvoie les écologistes aux fondamentaux de leur engagement politique.

D’abord pour constater que l’écologie est fondamentalement sociale : on ne peut pas prendre soin de la nature et de l’environnement sans prendre soin de ceux qui y vivent et y travaillent. Pour l’alimentation par exemple, la Bio est aussi Équitable : elle confie la gestion de leur santé, de l’éducation, de la répartition de la valeur aux communautés rurales qui font le travail… Pour la politique sociale, de Loos-en-Gohelle à La Grande-Synthe, l’approche écologiste a développé des dispositifs ambitieux et innovants, à hauteur de l’humain, même quand les gouvernements de l’époque maltraitaient les droits sociaux, les manifestants et les migrants.

Ensuite pour constater notre attachement fondamental au droit de grève, gravé dans la constitution, et que beaucoup d’entre nous ont exercé lors de récents mouvements sociaux. Pour faire progresser le collectif et la collectivité, un syndicalisme actif est nécessaire, car il aide l’ensemble des partenaires sociaux à trouver les meilleurs compromis. Si elle gêne parfois localement et ponctuellement les usagers, la grève reste un levier essentiel pour faire avancer les droits des salariés, et pour finalement servir l’intérêt collectif : l’histoire est pleine de ces avancées obtenues de haute lutte. Quand tous les mécanismes de prévention et de concertation sont épuisés, la grève permet d’alerter en dernier recours, car cela coûte beaucoup aux grévistes et à la collectivité.

Enfin, dans le cas particulier des services éducatifs, nous sommes renvoyés aux fondamentaux d’un équilibre entre les contraintes de toutes les parties prenantes de l’écosystème éducatif, salariés, enseignants, parents, enfants. 

Dans le rapport qui nous est proposé, il s’agit d’instaurer un délai de 48h pour donner de la visibilité aux usagers. Et là, je pense notamment aux parents en recherche d’emploi et aux parents salariés ou indépendants, pour leur donner le temps d’activer leurs réseaux d’entraide ; ou de prévenir Pôle Emploi ou l’employeur. 

Il s’agit d’instaurer un délai de 48h pour éviter la mise sous pression des employés les plus fragiles (les services à la personne, la grande distribution ou la logistique déjà précarisés). 

Il s’agit d’instaurer un délai de 48h pour éviter le gâchis de denrées alimentaires de grande qualité et si fièrement produites.

Parce qu’elle respecte pleinement l’exercice du droit de grève, parce qu’elle est mieux-disante que la loi, nous pensons que la proposition de ce rapport est le meilleur compromis entre les partenaires de l’écosystème éducatif local.

Nous voterons donc favorablement, en soulignant la qualité du travail de concertation avec toutes les organisations syndicales conduit depuis plusieurs mois par l’adjoint en charge de ce dossier, en lien avec l’adjointe à l’éducation.

Merci de votre attention.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.