Les jeunes montrent la voie

Tribune parue dans le Viva #353 de juin 2022

Au début du mois de mai, quelques étudiant·es de la plus prestigieuse école d’ingénieurs agronomes ont lancé un appel à la bifurcation :

« Nous ne voyons pas les ravages écologiques et sociaux comme des « enjeux » ou des « défis » auxquels nous devrions trouver des « solutions » en tant qu’ingénieures. […] Quelle vie voulons-nous ? Un patron cynique, un salaire qui permet de prendre l’avion, un emprunt sur 30 ans pour un pavillon, un SUV électrique ? […] Nous avons douté, et nous doutons parfois encore. Mais nous refusons de servir ce système et nous avons décidé de chercher d’autres voies, de construire nos propres chemins. »

Ce discours peu habituel pour des ingénieurs est celui d’une jeunesse qui prend la parole après avoir pris conscience de l’état du monde. Face à un pouvoir politique et économique qui n’a été que trop attentiste dans le passé, il s’agit bien de construire d’autres façons de vivre, pour mettre ses actes en conformité avec ses valeurs.

Quand on laisse la parole aux jeunes, on n’est jamais déçu : ils et elles sont notre avenir et notre miroir, plus libres que leurs aîné·es.

Ces dernières années, l’optimisme des jeunes s’est cependant dégradé : l’éco-anxiété est une réalité, sans être une fatalité. Pour le climat, la jeunesse a su relayer les alertes des scientifiques, avec responsabilité et maturité. Leur participation en hausse lors des dernières élections est aussi un signe d’encouragement. Leur prise de conscience et leur inventivité sont deux leviers qui nourrissent et encouragent notre action municipale. Les politiques publiques menées à la ville et à la métropole les accompagnent pleinement.

Laissons-nous surprendre en laissant plus souvent aux jeunes la parole et les manettes, comme pour le festival Réel qui se tient au Parc de la Feyssine ce mois-ci. Nous avons raison de leur faire confiance : ils et elles sont porteurs d’une fraîcheur salutaire.

Écoutons leur dernier conseil : « À vous de trouver vos manières de bifurquer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.