Convention contre le sans-abrisme

Conseil Municipal du 31 mai 2021

R-2021-95 – Convention tripartite avec l’État et la Métropole de Lyon visant la résorption du sans-abrisme sur le territoire de Villeurbanne

Intervention commune entre les groupes Socialistes Citoyens Villeurbannais, Génération·S, Cercle Radical Place Publique et Les Écologistes, faite par Antoine Pelcé.

Monsieur le Maire,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Il y a environ 7 mois, dans cette même salle nous votions à l’unanimité  la déclaration des droits pour les personnes sans-abri.
C’était une mise en perspective des engagements que nous avions pris pour lutter contre le sans-abrisme en développant une stratégie locale de résorption.

Aujourd’hui, en votant cette délibération Il s’agit de nous doter d’un outil innovant et peut-être unique en France pour mettre en œuvre cette stratégie.

La convention permet de partager avec la préfecture et la Métropole de Lyon des objectifs communs et des engagements réciproques en vue de résorber le sans-abrisme et d’améliorer les conditions de vie des personnes sans-abri sur le territoire de Villeurbanne.

La Ville de Villeurbanne a été à l’initiative de cette Convention ; la préfecture et la Métropole de Lyon ont accepté de travailler avec nous sur cet outil et d’autres villes, comme Lyon, nous suivent déjà. 

Tant mieux : la ville de Villeurbanne ne pourra pas seule résorber le sans-abrisme, nous devons tous et toutes contribuer à notre niveau ; le choix que nous faisons est bien celui du partenariat.

  • Partenariat entre l’État, la Métropole de Lyon et la Ville de Villeurbanne qui sont tous les trois complémentaire dans leurs champs de compétence.
  • Partenariat avec les associations et les collectifs qui sont sur le terrain quotidiennement.
  • Partenariat avec d’autres collectivités qui s’engagent comme nous notamment via l’association ANVITA.

Cette convention va nous permettre de poursuivre et d’amplifier ce que nous faisons déjà depuis notre élection en juillet et ce qui était déjà initié par nos prédécesseurs.

Je n’aurai pas le temps ici de développer toute la stratégie et tout ce qui est déjà fait ; quelques éléments néanmoins :

  • 1400 personnes sont domiciliés au CCAS de Villeurbanne à fin mars ce qui représente environ 3300 courriers reçus, triés et redistribués par les agents du CCAS.
  • Nous travaillons quotidiennement à sécuriser les habitats informels. Il s’agit tout simplement de permettre le respect des besoins fondamentaux.
    • Concrètement et par exemple, le CCAS de Villeurbanne a participé à hauteur de 12 k€ au financement de sanitaires au Bidonville dit du Transbordeur.
    • Nous nous sommes aussi organisés pour  que le ramassage des ordures ménagères fonctionne dans chaque lieu de vie informel du territoire de Villeurbanne

Devant nous également beaucoup de travail, beaucoup de projets :

  • Nous allons créer un tiers lieu alimentaire financé en partie par la Dihal dans le cadre d’un appel à projet. Conçu comme une place de village avec l’association Le Mas et les Camions du cœur ce tiers lieu permettra à celles et ceux qui en ont besoin de venir cuisiner ou simplement manger un repas chaud.
  • Nous allons aussi développer l’utilisation intercalaire des bâtiments publics temporairement vides.

Ainsi, avec cette politique, Villeurbanne reconnait la pleine citoyenneté des personnes sans-abri quelle que soit leur situation administrative.

Je vous remercie pour votre attention.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.