Des dépenses cohérentes

Conseil Municipal 28 février 2022

Rapport 2022-61 Adoption d’une  » Charte achat durable et responsable « 

Intervention d’Antoine Colliat

Monsieur le maire, chers collègues,

Chaque année, la Ville de Villeurbanne achète plusieurs dizaines de millions d’euros de biens et services. Elle répond ainsi à une partie des besoins de ses 153 000 habitants.

Si la ville met en œuvre ses politiques pour partie par des achats, la nature qualitative de ceux-ci constitue aussi des leviers pour agir ici et ailleurs sur la transition écologique, l’inclusion sociale, la santé et la préservation des ressources et des écosystèmes.

La « Charte achat durable et responsable » fixe une ambition forte pour que les dépenses de la ville soient en cohérence avec son projet politique.

Elle répond à notre devoir d’exemplarité et permet de mettre en adéquation les fins et les moyens. Avec d’autres collectivités comme la Métropole et le Sytral qui ont adopté une démarche similaire nous pouvons avoir un effet levier important pour agir sur l’offre des entreprises, pour l’emploi durable et la réduction de l’empreinte environnementale.

Mais c’est dans la façon dont la charte sera déclinée au jour le jour qu’elle produira des effets. La ville ne part pas de rien : elle a déjà une culture en la matière. Aujourd’hui, elle doit aller plus loin. Pour nous écologistes, il est nécessaire que cette politique soit pilotée ou copilotée au sein de notre collectivité par une ou des ressources clairement identifiées, avec la nécessité, si besoin, de les renforcer. La formation et la sensibilisation doivent également pouvoir concerner l’ensemble des fonctions et métiers. Enfin, l’évaluation, dans une démarche d’amélioration continue, nous permettra d’être toujours plus performants, au fil du temps.

À ce sujet, le bilan des émissions de gaz à effet de serre que la Ville réalise tous les 3 ans nous donne quelques indications.

De 2016 à 2019, l’augmentation des émissions de CO2 a progressé de 34 % sur le poste achats d’intrants. Il y a encore fort à faire pour être exemplaires.

Au-delà de l’achat, comme la charte l’indique, la location peut être une solution pour des matériels peu utilisés ou réparables au fil du temps. En matière de construction, nous serons amenés à construire et rénover avec davantage de matériaux biosourcés. L’équation n’est pas facile à résoudre quand nous connaissons les besoins en équipements publics de notre ville. Aussi, nous devons être volontaires et organisés pour améliorer ce résultat

Ce rapport ne fera pas tout, mais il est un outil de pilotage essentiel. Le groupe Les Écologistes le votera évidemment.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.