Budget 2023

Conseil municipal du 15 décembre 2022

R-2022-367 Budget Primitif 2023
Intervention d’Aurélie Loire

Monsieur le Maire, Mesdames, messieurs, chers collègues, Villeurbannais, Villeurbannaises,

Ce budget est celui de mi-mandat. Il donne à voir les projets qui naîtront dès 2023 mais révèle aussi les avancées et les réalisations de notre feuille de route politique commune.

L’ambition que nous portons se traduit notamment par la poursuite d’investissements conséquents avec 76 millions d’euros en 2023 dans les dépenses d’équipement, pour construire, rénover ou améliorer notre patrimoine municipal.

Au regard de nos politiques municipales cela se traduit en matière d’éducation, par l’engagement à construire 3 nouveaux groupes scolaires sur ce mandat.

  • À la Soie le groupe scolaire Simone Veil ouvrira en septembre 2023,
  • À Grandclément la désignation de l’équipe et du concours d’architectes aura lieu prochainement,
  • Enfin pour le secteur sud-ouest de la ville des études sont également programmées.

Il s’agit également de rénover nos écoles en effectuant des travaux lourds de restructuration, à l’œuvre actuellement sur le groupe Ernest Renan sud et à venir dès la rentrée 2023 pour l’école élémentaire Croix-Luizet.

Investir c’est aussi améliorer le quotidien des enfants, des personnels municipaux et des enseignants grâce à des travaux d’amélioration du confort thermique et des espaces éducatifs collectifs comme les cours de récréation, les BCD et salles de motricité, ou les espaces de restauration.

Concernant les équipements sportifs, de nombreuses opérations de rénovation, notamment en matière de confort thermique sont à l’œuvre. Nous tenons à souligner particulièrement la création de nouvelles infrastructures qui répondront aux nombreux besoins d’espaces de pratiques dans la ville.

  • À la Soie, en plus de l’ouverture de l’école et de l’équipement Petite Enfance Ellen Key, la construction d’un gymnase sera également lancée cette année et viendra compléter l’offre d’équipements publics pour les familles de ce nouveau quartier.
  • L’acquisition par la Ville du site d’ENGIE situé rue du 4 août nous parait à saluer. Bien que nécessitant des travaux d’aménagements avant son ouverture, ce site permettra de compléter une offre dans un secteur peu doté et de compléter le maillage territorial de nos équipements.
  • Outre la construction de complexes sportifs, la mise en place de terrains de proximité offre des solutions à de nombreux jeunes et familles souhaitant poursuivre une activité physique et sportive, nous notons cette année, que notre collaboration avec la métropole, permettra la livraison au printemps prochain d’un terrain de proximité rue Arago, à côté du collège Jean Jaurès.

Concernant la politique de végétalisation, 2023 marquera la livraison du jardin du PUP Alstom rue Léon Blum attendu de longue date par les habitant·es du quartier souffrant des îlots de chaleur. Pour les grands parcs prévus sur Grandclément et ACi, des études de programmation seront engagées, notamment pour initier la concertation avec les habitants pour échanger sur leurs attentes et leurs envies pour l’aménagement de ces espaces, d’une taille importante, rappelons-le (3 ha sur Grandclément et 2 ha sur ACI).

Les investissements pour faciliter la mobilité sur notre commune seront déployés également dès 2023 en collaboration avec la métropole et le SYTRAL : avec l’arrivée de deux tramways, d’un bus à haut niveau de service et l’instauration d’une voie lyonnaise pour les cyclistes afin d’offrir des solutions alternatives à l’automobile.

Si les points soulevés s’inscrivent pleinement dans l’un de l’axe fort de notre contrat municipal : la transition écologique, nous notons également au titre des investissements la poursuite du budget participatif, événement désormais attends par les villeurbannaises et villeurbannais qui voient leur projets se réaliser au bénéfice de tous et toutes, par la végétalisation d’espaces, par la création de lieux de rencontres.

Mais ce budget s’inscrit dans un contexte financier national et international complexe avec une inflation difficile à pronostiquer et des hausses des coûts de l’énergie.

Ainsi sur le budget de fonctionnement, si nous additionnons les budgets prévisionnels ayant trait à l’énergie (chauffage urbain et combustibles) la dépense estimée augmente de 30 %. Ces dépenses contraintes fragilisent les équilibres financiers des collectivités qui doivent pour certaines, faire des arbitrages entre la fermeture d’équipements et la facture de chauffage. Villeurbanne n’est pas dans cette situation et, si cette augmentation vient impacter notre budget, elle conforte nos choix d’investissement en matière de rénovation thermique abordée tout à l’heure et nous oblige à réfléchir à nos pratiques.

Nous le voyons bien : quand la situation le nécessite, chacun agit ; la baisse des consommations énergétiques des Français au mois de Novembre de plus de 7 % évoqué par RTE le confirme. Ces choix ne se font jamais au détriment de l’essentiel : la possibilité pour chacun de travailler, vivre dans des locaux chauffés ou bénéficier d’un éclairage public pour pouvoir de déplacer en ville en sécurité.

Si la Ville assure sa part, il est du devoir de l’État de prendre la mesure de la tâche qui nous attend et d’accompagner collectivités et particuliers pour des rénovations de plus grande ampleur et ce dans une visée de réduction de nos consommations bénéfiques pour les dépenses publiques comme pour le climat.

Un autre point saillant de ce budget concerne les ressources humaines de la collectivité. Les bâtiments que nous construisons, les services que nous rendons aux villeurbannais·es ne fonctionnent que par la présence d’agents municipaux dans les crèches, les écoles, les bibliothèques, aux guichets de l’état-civil, dans les piscines, au commissariat de police, sur les marchés, dans nos parcs et jardins, à la maintenance de nos infrastructures. Ainsi si la ligne correspondant aux dépenses de personnels augmente, c’est en partie lié à l’augmentation du point d’indice (qui reste cependant bien inférieure à l’inflation), mais aussi par la création de postes. Derrière la création de ces 55 postes en 2023, ce sont donc des services attendus par les villeurbannais et un engagement de notre exécutif à couvrir des besoins qui se sont accrus avec l’augmentation de la population.

Concernant les recettes, les collectivités n’ont, depuis la fin de la taxe d’habitation, que des marges de manœuvre limitées en matière de fiscalité. Conformément à nos engagements de campagne nous n’avons pas augmenté la taxe foncière à Villeurbanne. Pour ce qui relève de la tarification des services municipaux, la décision a été prise de ne les augmenter qu’au regard de l’inflation, tout en conservant une attention à l’équité de ces évolutions et leur impact sur les plus modestes.

Derrière les chiffres d’un budget il y a celles et ceux qui les mettent en œuvre ; nous saluons ici l’engagement quotidien des agents municipaux.

Derrière les écritures comptables il y a des habitantes et habitants de tout âge, de toute condition, avec qui nous souhaitons co-construire les politiques publiques car c’est ainsi que nous sommes les plus justes.

Juste, il s’agit de l’être, afin que chacune et chacun puisse faire valoir ses droits à vivre à Villeurbanne dans des conditions dignes.

Parce qu’il ne sera jamais temps de choisir entre justice climatique et sociale nous voterons bien entendu ce budget.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

https://www.youtube.com/live/mxq-CSpFdxo?feature=share&t=7943


Pour tout savoir sur le budget 2023 : c’est par ici !

Le budget en lecture zen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *