Orientations budgétaires 2022

Conseil municipal du 15 novembre 2021

R 2021-364 Rapport sur les orientations budgétaires 2022

Intervention de Jacques Vince

Monsieur le Maire, chers collègues,

Merci à M. l’Adjoint et aux services de la ville pour la qualité pédagogique et la précision du rapport qui nous est proposé.

Ce débat sur les orientations budgétaires et le budget primitif 2022 s’inscrivent comme depuis de nombreuses années dans une situation financière saine de la ville.

L’année 2020 a été inévitablement marqué par la crise sanitaire, il en sera de même en 2021, dans une moindre mesure. Elle s’inscrit également dans un contexte, d’un désengagement continu de l’état depuis 10 ans, même s’il n’y a pas eu de baisse entre 2019 et 2020.

L’évolution de 0,6 % des charges courantes sur un an (hors opérations financières et exceptionnelles) n’est pas compensée par les ressources courantes, en légère baisse de 0,27 %, ce qui aboutit à une baisse de l’épargne de gestion. L’épargne brute hors cessions, diminue elle aussi d’un peu plus de 4 % à 29 M€. Nous n’allons pas nous réjouir de cette baisse de l’épargne brute car elle freine notre capacité d’investissement mais au regard de la moyenne nationale (baisse de trois points de plus qu’à Villeurbanne) et de l’année exceptionnelle qu’a été 2020, notre ville s’en sort plutôt bien, tout en ayant été volontariste pour soutenir tous ses personnels pendant la crise.

Les dépenses de fonctionnement à venir seront impactées par le label Capitale Française de la Culture, mais nous nous en félicitons. De même les dépenses de personnels seront orientées à la hausse, notamment du fait de la création de postes dans le domaine de la petite enfance et de l’éducation : il ne faut pas s’en inquiéter car il s’agit d’une forme d’investissement sur l’avenir et sur la qualité du service public.

Sur les investissements justement, si de nombreuses opérations n’ont pas pu se réaliser du fait de la situation sanitaire, les dépenses d’équipement seront de presque 60 M€ (avec les incertitudes que vous avez évoquées M. l’Adjoint), en nette hausse par rapport au Budget Primitif 2021 (51,3 M€) au profit principalement de l’éducation, des sports, de la petite enfance et des espaces verts, et nous nous en félicitons.

Car notre Ville a besoin d’équipements publics pour sa population, et de prendre véritablement le tournant de la transition énergétique et écologique.

Après tant d’années où l’investissement n’a pas été au rendez-vous alors que nous avions connaissance de lacunes importantes notamment pour la petite enfance, les écoles, le sport de proximité, pour végétaliser la ville, nous passons sans doute un cap comme l’avez dit. Alors oui, cette politique ambitieuse d’investissement conduit à recourir à l’emprunt, mais sans compromettre la capacité de désendettement. Enfin donc, nous engageons un vrai tournant dans notre capacité à penser les équipements pour une meilleure qualité de vie au quotidien, sans permettre de totalement combler le déficit accumulé. Avoir été désignée ville « la mieux gérée de France » par le passé a finalement aussi eu un coût que nous payons maintenant : celui du retard pris dans les équipements publics qui devaient accompagner la forte croissance démographique de la ville.

Nous commençons donc à rattraper ce retard avec des travaux conséquents dans une dizaine de groupes scolaires à l’échelle du mandat ; nous nous donnons les moyens de pérenniser notre patrimoine communal et surtout de mieux accueillir nos enfants. Nous saluons par exemple la réhabilitation énergétique de l’habitat social et privé, sur la réhabilitation énergétique de nos bâtiments, le traitement des îlots de chaleur, la désimperméabilisation des cours d’écoles… Nous regrettons cependant que le budget « parcs et nature en ville »  qui était d’un million chaque année ait été divisée par deux, ce qui est tout à fait dommage par rapport à l’ambition de l’adaptation au changement climatique et à l’urbanisme favorable à la santé. Concernant les crèches, deux établissements sont prévus, pour tendre vers les 100 berceaux prévus dans le mandat. Là aussi les besoins sont immenses… Et pour finir, nous sommes surpris des plus de 2 millions pour l’Astroballe à l’échelle du mandat… que devons-nous encore moderniser que nous n’ayons déjà réalisé depuis toutes ces années ?

Enfin, n’oublions pas les équipements et projets qui seront à l’initiative des habitants. Avec 1,2 millions par an, on peut faire de très belles choses !

Pour conclure rappelons ce que nous disons depuis plusieurs années : les transitions doivent être menées à toutes les échelles. Villeurbanne, avec ces orientations budgétaires, fait sa part. Elle fait des choix qui permettent à notre Ville de muter, de s’adapter et d’offrir une qualité de vie au quotidien avec des équipements publics de proximité sans négliger la nécessaire adaptation aux dérèglements climatiques en cours. Oui nous avons le devoir de penser et d’aménager la ville de demain. Notre groupe y prend toute sa part au sein de la majorité.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.