Indispensables centres sociaux

Conseil municipal du 15 décembre 2022

R-2022-359 Renouvellement de la convention cadre Ville/Caf/centres sociaux et des conventions locales tripartites d’objectifs et de moyens

couplée avec 

R-2022-340 Avenants récapitulatifs 2022 et avenants financiers 2023 pour les 6 centres sociaux villeurbannais
Intervention commune avec les groupes Villeurbanne Insoumise Ensemble / Cercle Radical et Place Publique / Socialistes et Citoyen·nes Villeurbannais·es / Les Écologistes par Sébastien Chataing

Monsieur le Maire, chers collègues,

Nous devons ce soir nous prononcer sur les conventions qui lient la Ville et les centres sociaux villeurbannais.

L’ensemble des groupes de notre majorité souhaite rappeler à la fois le contexte dans lequel s’inscrit cette convention mais également son importance pour la jeunesse et l’éducation populaire.

Pour porter un regard sur l’actualité, il est parfois nécessaire de faire un petit détour par l’Histoire. Le modèle du centre social date de la fin du XIXe siècle. C’est une maison commune, implantée dans un quartier, où les pionniers du travail social s’établissent pour aider les habitants, les familles ouvrières, à développer les activités et services nécessaires à la vie quotidienne dans un esprit de solidarité et de responsabilité partagée et en laissant notamment une grande place aux enfants et aux jeunes comme ressources et comme force.

Il s’agit de faire œuvre sociale, et non pas œuvre charitable, c’est-à-dire d’établir, dans les lieux de vie, des liens de coopération émancipatrice, entre des personnes de conditions économiques et culturelles différentes.

Et historiquement, le grand développement des centres sociaux dans les années 50, est intimement lié à celui de la Caisse d’Allocation Familiale. Le Centre Social, qui jusque là a vécu pour l’essentiel de la charité privée, bénéfice dans cette nouvelle phase, de financements émanant des organismes de sécurité sociale (notamment de la CAF) qui reconnaît dans le centre social, le pivot d’une action sociale familiale et permet notamment à chaque famille, enfant et jeunes de trouver sa place dans son quartier et dans sa Ville.

Qu’en est-il aujourd’hui de l’ambition première des centres sociaux ?

Qu’en est-il des acteurs qui ont souhaité, il y a 70 ans, le développement de lieux solidaires et conviviaux ? Le désengagement de la CAF dans le financement des centres sociaux est inquiétant, car il met à mal le modèle même sur lequel le centre social est fondé. Bien sûr, l’intelligence de chaque association d’usagers, la forte volonté de chaque quartier et, nous avons la modestie de le penser, l’engagement des élus municipaux, font et feront que les centres sociaux restent et resteront des structures indispensables à la vie de notre Ville, au bien vivre dans notre Ville.

La jeunesse de nos quartiers est une vraie richesse, et les centres sociaux doivent l’accompagner en maintenant une présence forte. Aujourd’hui même, le CNAJEP, le Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire, organise une journée qui vise à penser une nouvelle alliance entre pouvoirs publics et associations de jeunesse et d’éducation populaire. Nous faisons nôtre cette alliance, et nous y prendrons notre part.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

https://www.youtube.com/live/mxq-CSpFdxo?feature=share&t=14305

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *