#CONVENTION pour le service municipal de santé scolaire

Conseil Municipal du 17 décembre 2020

R-2020-196  Convention entre la Ville et l’Éducation nationale relative au service municipal de santé scolaire – année 2020

Intervention de Lotfi Debbeche

Monsieur le Maire, chers collègues,

La Ville de Villeurbanne est historiquement dotée d’un service de santé scolaire. Dans le cadre de sa politique santé, et comme 11 communes en France, ce service intervient auprès des élèves scolarisés dans les écoles de la grande section de maternelle au CM2 en prenant le relais après les services de PMI gérée par la Métropole.

En effet, la loi confie à L’État la mission de santé scolaire en coordination, le cas échéant, avec la protection maternelle et infantile portée par les départements, c’est-à-dire par la Métropole dans notre agglomération.  

Si les services de santé publique sont très hétérogènes, celui de Villeurbanne offre un service complet aux petits Villeurbannais : visite pour tous les enfants qui vont entrer au CP, dépistages santé pour faire un point sur la vue, l’audition, le poids et la taille, les dents et le langage et les rythmes et l’hygiène de vie, orientations vers des spécialistes, action d’éducation à la santé dans les classes et accompagnements spécifiques en cas de maladie, handicap.

La santé constituant une des conditions de la réussite éducative, le service représente ainsi un levier important pour le développement de l’enfant. 

L’avantage du statut municipal réside dans les synergies avec les autres services communaux, comme ceux de la petite enfance ou des sports. Cette belle dynamique permet bien évidemment de mener un travail partenarial important qui est favorable à l’enfant, tout au long de son cursus scolaire.

Villeurbanne bénéficie d’un financement de l’Éducation nationale, qui a augmenté passant de 25 447 € en 2018, à 47 812 € en 2019, et probablement autant sinon plus en 2020. En 2019, cela a permis de mieux faire face aux enjeux définis dans la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. C’est très positif mais c’est loin de couvrir la réalité des dépenses engagées par la ville.

La convention partenariale Ville – État, objet de la présente délibération, court jusqu’en fin d’année 2020… Mais le service municipal de santé s’inscrit dans la durée. De ce fait il maintient la proximité avec la population dans les différents secteurs de la ville, et contribue à réduire les inégalités territoriales, sociales, et environnementales de santé. 

La politique municipale s’appuie également sur les objectifs de promotion de la santé portés par le réseau national des villes-Santé OMS et se décline concrètement dans son Contrat Local de Santé, qui couvre les années 2017-2020. Nous supposons qu’un bilan du CLS est prévu dans le courant de l’année 2021. Il permettra de partager cet enjeu stratégique et de définir les actions du futur CLS en phase avec notre plan de mandat, en matière de santé.

 Intervenir dans la durée est donc la seule perspective permettant de mieux suivre les enfants, de mieux consolider le travail de proximité, mieux répondre aux enjeux de précarité et de pauvreté, pour ajuster les actions en cours, et anticiper les orientations à venir.

C’est pourquoi nous soutenons pleinement ce service indispensable aux petits Villeurbannais et à leur famille.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

Intervention de Lotfi Debbeche