Un budget 2022 ambitieux

Conseil municipal du 16 décembre 2021

R 2021-411 Budget Primitif 2022

Intervention de Jacques Vince

Monsieur le Maire, chers collègues,

Le budget primitif 2022 est en hausse de 10 %. C’est un signal fort que notre majorité donne à voir, révélateur de l’ambition que nous portons collectivement pour les villeurbannaises et villeurbannais.

Villeurbanne a fait le choix de la transition écologique, démocratique et sociale et s’en donne les moyens. Cela n’a pas toujours été le cas et du retard a été pris ces dernières années, notamment en termes d’équipements publics

Nous avons donc une situation financière saine, avec un encours de dette faible, un autofinancement pour le fonctionnement confortable et de bonnes recettes. Je n’en soulignerai qu’une, nous l’attendions avec impatience, mais la compensation par l’État de la contribution aux écoles privées de maternelles de 0,91 M€ est plus que bienvenue.

Tout ceci nous permet pour nos dépenses de fonctionnement d’avoir une politique volontariste en ressources humaines, avec la création de 85 postes, 27 contrats de projets et aussi 5 apprentis. Ce recrutement ne nous fait pas peur mais nous réjouit. C’est autant d’agents en plus mobilisés pour les villeurbannaises et villeurbannais et pour la qualité du service public. C’est beaucoup, c’est significatif, et l’effort devra être poursuivi pour mener à bien la volonté politique de transformation dont fait preuve notre majorité. La transformation des postes d’animateurs de Chamagnieu en médiateurs développement durable en est une illustration.

Bien-sûr, dans le budget de fonctionnement, beaucoup de dépenses sont liées à la belle aventure Capitale Française de la Culture 2022 : c’est une année exceptionnelle qui, nous l’espérons, créera une dynamique et enthousiasmera tous les habitants, dans tous les quartiers, dans toutes les associations. Car si le label donnera inévitablement une forte visibilité à notre ville au plan national, voire international, n’oublions pas qu’il doit d’abord permettre de faire avec et pour les habitants. Bien-sûr nos dépenses de fonctionnement ne sont pas intégralement tournées vers la CFC2022.

Nous nous sommes particulièrement attachés, évidemment, à regarder les dépenses pour l’avenir de notre ville et plus particulièrement en direction de ses plus jeunes habitants. Par exemple, ça peut paraître anecdotique mais l’augmentation de 5,4 % pour les fournitures scolaires est révélatrice de la direction prise par la Ville et sa volonté concernant l’éducation.

En ce qui concerne les charges générales, notre inquiétude est alimentée par la hausse des fluides et énergies, entrainée notamment par l’augmentation des surfaces à chauffer, voire parfois à refroidir l’été, et l’envolée des prix de l’énergie. Nous devons encore plus nous pencher sur la sobriété énergétique de nos équipements et nous devons tous prendre part à cet effort. Pour ne prendre qu’un exemple : chauffer le bassin extérieur du Centre Nautique Étienne Gagnaire en plein hiver est quelque peu incongru et pour le moins questionnable. Il reste une absurdité thermodynamique incompatible avec nos visées de sobriétés. Là aussi, en ce qui concerne nos dépenses énergétiques, le retard à combler est grand, mais nous le verrons la volonté et les moyens sont bien présents.

Par ailleurs nous souhaitons mettre en avant la forte augmentation des budgets d’études, indispensables pour préparer de nouvelles actions en faveur de la transition écologique. Il en est ainsi des études sur l’éco-mobilité, la suppression du plastique des contenants de repas pour nos anciens comme pour les jeunes, comme le prévoit la loi Egalim, et aussi le projet éducatif de territoire, ou encore les 4,72 M€ d’études d’investissement pour des équipements : les établissements scolaires et les installations sportives en premier lieu, c’est-à-dire des investissements pour notre jeunesse et notre bonne santé. Mais aussi des études et diagnostics concernant la rénovation thermique de bâtiments, l’installation de panneaux photovoltaïques ou d’autres briques indispensables à la transition énergétique que nous portons. Et puis bien sûr, en projets opérationnels, soulignons les travaux en cours pour les équipements municipaux, notamment les écoles qui ont bien besoin de rénovation et bien-sûr les constructions de nouvelles qui sortirons de terre prochainement.

2022 sera une belle année, et ce budget nous permettra de voir de belles réalisations :

  • l’ouverture du tiers-lieu alimentaire Archipel sur le parking Raphaël de Barros,
  • 2 nouveaux jardins partagés : Gervais Bussière et au futur parc Alstom,
  • l’engagement dans la démarche de labellisation « écolo-crèche »,
  • l’atteinte de l’objectif 50 % d’approvisionnement en produit bio et locaux dans notre restauration scolaire,
  • le festival Villeurbanne Côté Jardin et, pour terminer cet inventaire qui assume sa subjectivité,
  • la mise en œuvre des premiers projets retenus au budget participatif, dont nous venons de parler.
Pour conclure, je dirais que nous avons passé la seconde et qu’à ce rythme nous atteindrons bientôt notre vitesse de croisière vers la transition écologique et sociale que nous appelons toutes et tous de nos vœux.

Je vous remercie

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *