Compte administratif : combiner justice sociale et transition écologique

Conseil municipal du 28 mars 2022

Rapport 2022-92 Compte Administratif 2021
Intervention de Béatrice Vessiller

Merci pour cette présentation claire et je salue le travail des services qui font un travail de qualité comme chaque année.

En matière d’investissement, les dépenses d’équipement sont en très nette hausse, 41,6 M€, par rapport à l’année dernière (un peu moins de 26 M€), année exceptionnelle avec la crise sanitaire qui avait amené à réduire considérablement les dépenses d’investissement. Mais je souhaite comparer cette année d’investissement à plutôt 2015 que 2019 : une 2e année de mandat. En montrant qu’il est largement supérieur à ce qu’avait été l’investissement de la 2e année du dernier mandat. Nous avons un niveau d’investissement très important avec des réalisations attendues et nécessaires :

  • En particulier dans le domaine scolaire avec la construction du Groupe Scolaire Simone Veil (4,24 M€) et aménagements liés à l’extension du Groupe Scolaire provisoire Simone Veil (0,288 M€). Oui, nous avons là un héritage du mandat précédent, car il n’a pas été réalisé ou lancé assez tôt un certain nombre d’équipement, de groupes scolaires, qui nous oblige non seulement à faire des groupes scolaires en modulaire mais à devoir les étendre à La Soie. Je rappelle qu’en 2022 on finance aussi un groupe scolaire provisoire sur le terrain Lafontaine puisque le groupe scolaire Granclément n’a pas été lancé dans le mandat précédent. Dans les projets 2022 que nous soulignons : la rénovation thermique des façades Groupe Scolaire Louis Armand (1,34 M€), la reprise de l’étanchéité et la végétalisation des toitures de la maternelle François Truffaut (0,29 M€) pour ne citer qu’eux. Mais la liste mentionnée dans la délibération est longue et relate tout le travail de proximité, au plus près des demandes des usagers, pour le confort des enfants et des communautés éducatives.
  • Dans le domaine culturel avec l’amélioration du confort d’été à l’ENM notamment (0,573 M€)
  • Dans le domaine des centres sociaux avec la rénovation du centre social Cyprian – Les Brosses (0,437 M€)
  • Ou sportif avec la construction du gymnase Jeanne Desparmet-Ruello (3,95 M€), la reconstruction des bulles de tennis sur le site Boiron Granger (1,27 M€), la rénovation du bassin d’hiver du CNEG (0,86 M€).
  • Et nous insistons sur de nombreux espaces publics qui ont également bénéficié de travaux importants avec comme fil conducteur, apporter des espaces de respiration et de fraîcheur au cœur d’une Ville dense, urbaine et de plus en plus chaude en été. Plusieurs opérations de végétalisation des cours d’école : les cours du groupe scolaire Camus (0,635 M€), Saint-Exupéry (0,394 M€), Descartes (0,31 M€), Goujon (0,27 M€). Également la rénovation des aires de jeux aux groupes scolaires Prévert (16 k€) et Renan (7 k€) ou la végétalisation de plusieurs espaces tels que le parvis du Rize (0,189 M€). Le travail se poursuit puisque de nouvelles cours d’école seront réalisées en 2022 à Jaurès, Antonin Perrin, Château Gaillard… avec une amplification bien supérieure aux mandats précédents.

D’autres projets de Nature en Ville seront lancés en 2022 sur la base d’études lancées en 2021, des projets de maraîchage urbain (14 k€), aménagement du jardin PUP Alstom (10 k€), square de la roseraie (10 k€), jardins Alexis Jordan (4 k€).

Évidemment la crise sanitaire a pu ralentir quelques chantiers, en contraignant en particulier l’approvisionnement en matériaux et d’ailleurs ces difficultés risquent d’être encore plus fortes en 2022. Mais malgré les efforts notables réalisés nous avons quelques inquiétudes sur le potentiel décrochage entre la volonté à faire et la capacité à réaliser. Il ne faudrait pas que cela conduise à trop de glissement d’une année à l’autre. Des études doivent être engagées, y compris pour des équipements qui ne verront le jour qu’à la fin du mandat, par exemple la future école du quartier Granclément dont les études ont bien démarré en 2021 mais pour laquelle nous rappelons la nécessité de sa livraison en 2025, pour remplacer l’installation provisoire que nous allons faire plus rapidement.

Dans les dépenses de fonctionnement à présent : D’une manière globale, les dépenses augmentent de 7,6 %. les fluides hors carburants ont beaucoup augmenté (plus de 16 %). Il semble difficile d’analyser les budgets au regard de la crise sanitaire qui a encore sur l’année amenée des fermetures de site important. Les stagnations voire baisse de certains fluides ne sont certainement pas représentatifs et nous ne pouvons surtout pas nous fier à ces tendances pour les mois à venir au regard de la crise énergétique que nous traversons.

Maîtriser et réduire nos consommations d’énergie semblent encore plus aujourd’hui une priorité puisque sont annoncés pour le gaz par exemple des prix multipliés par 5 pour l’année 2023 si le contexte international de crise perdure. L’investissement massif dans les rénovations énergétiques des bâtiments et la production locale d’énergie est une priorité absolue. L’étude pour la réalisation d’un Audit Énergétique Global (91 k€) va dans ce sens, cela permettra d’avoir une vision globale de notre patrimoine pour faire des choix éclairés ces prochains mois.

Pour la transition énergétique, pour les finances de la ville, nous connaissons les trois leviers : sobriété (qui n’empêche pas l’ambition), efficacité, énergies renouvelables. Ils doivent être tous trois déclinés par la ville.

Par ailleurs, nous nous réjouissons comme l’année précédente du travail exemplaire mené à la cuisine centrale, avec une progression conséquente de la part des produits concernée par la loi Egalim (circuits courts) est de 37,1 % et celle des produits issus de l’agriculture biologique de 20,8 %. Le travail de de repérage et d’accompagnement de producteurs locaux s’est concrétisé en 2021 avec 5 marchés spécifiques passés avec des partenaires locaux leur apportant un chiffre d’affaire de 54 k€ TTC. Cela leur permet de consolider leur processus de conversion vers l’agriculture biologique. Ces démarches de relocalisation de l’économie de l’alimentation, et du développement d’un modèle d’agriculture biologique sont tout à fait vertueuses.

Enfin sur les dépenses de fonctionnement toujours, soulignons plusieurs lignes concernant le domaine social : la hausse du budget du CCAS, les postes de médiateurs sociaux à Monod-Baratin ou encore le financement d’un médiateur social au commissariat, porté par une association qui œuvre auprès de femmes victimes de violences.

Les charges de personnel augmentent sensiblement, +5,85 % (soit une hausse de 4,547 M€) notamment avec la création de 95 postes en 2021. Les créations concernent essentiellement la direction éducation (9 postes) avec l’ouverture de 2 groupes scolaires, Rosa Parks et Simone Veil, la dé-précarisation de 52 animateurs périscolaires (création de 52 postes permanents) et la direction de la restauration municipale avec l’intégration de la production des restaurants du CCAS notamment (18 postes), la création d’une équipe volante d’auxiliaires de puériculture (5 postes).

Bien sur ces nouvelles dépenses de personnel pèsent sur le budget de la collectivité mais elles sont le reflet d’un service public qui se consolide et se déploie. Créer des postes dans les écoles et les crèches, c’est investir dans notre jeunesse.

La fiscalité locale est dynamique, avec notamment des DMTO (droits de mutation à titre onéreux) très dynamiques qui montrent l’attractivité de notre ville, malgré la réforme de la fiscalité locale qui, avec la suppression de la taxe d’habitation a contribué à déconnecter les contribuables de leur commune et ne donne plus de visibilité aux collectivités.

Pour terminer, dans les recettes de fonctionnement je voulais souligner les recettes du mécénat liées à CFC2022 et j’espère qu’en 2023 on aura une somme au moins aussi intéressante.

Ce compte administratif connaît encore quelques particularités du fait de la crise sanitaire rencontrées ces deux dernières années. Mais malgré le contexte, la Ville a su investir dans ses services publics, ses équipements de proximité, et les travaux pour améliorer le quotidien des Villeurbannais notamment en engageant une transition énergétique et écologique de la Ville. Combiner justice sociale et transition écologique dans un dialogue renforcé avec les habitants continuera à guider l’action de notre majorité et à l’amplifier dans les prochaines années.

Nous voterons ce compte administratif

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.