Poursuivre et amplifier les politiques de la Ville

Conseil municipal du 28 mars 2022

Rapport 2022-98 – Demande de financement auprès de l’état, de la Métropole de Lyon et de l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) politique de la ville
Intervention de Lotfi Debbeche

Mesdames, messieurs, chers collègues,

La politique de la ville, née dans les années 1980, après la « marche des Beurs » vise à lutter contre le cumul des difficultés sociales et urbaines et les inégalités sociales et territoriales dans les quartiers populaires.

Les actions ont été nombreuses mais les difficultés et représentations négatives persistent. Ce n’est pas le moment d’abandonner ces quartiers devant les besoins d’éducation, de soins, de services publics de proximité, de sécurité, de tranquillité, de pratique du sport et du travail. Les habitantes et les habitants de ces quartiers ont du potentiel, prennent des initiatives, ont soif de culture, de lien social, de solidarité. Des talents existent et doivent être soutenus, valorisés. Sur chaque territoire les initiatives et actions sont nécessaires, elles doivent être coordonnées avec des moyens humains tels que les Chargés de développement territorial qui font d’ailleurs l’objet d’une partie du présent rapport.

Aujourd’hui la tentation de l’État est de diluer le prochain contrat de ville dans le Contrat de Relance et de Transition Écologique – CRTE – avec le risque de priver nos quartiers d’une vision pluriannuelle et transparente de financements sécurisés.

Le second écueil est d’obliger à recourir à des circuits encore plus administratifs et des appels à projets, éliminant souvent les petites structures.

Enfin, on peut craindre une perte de visibilité qui amplifierait le sentiment d’abandon des habitants de nos quartiers populaires comme Le Tonkin, Les Buers , Saint Jean, Les Brosses et Monod-Baratin.

Dans notre agglomération, le Contrat de Ville Métropolitain combine différentes échelles territoriales, dont les communes constituent le fer de lance, sur la base d’une convention locale d’application de la politique de la ville, qui reste valable jusqu’en 2023.

Devant le risque d’un Contrat Ville englouti dans le « CRTE », de nombreux élus et acteurs de la politique de la ville ont réagi. Un courrier signé par la Métropole et de nombreuses villes dont Villeurbanne, a été adressé en décembre 2021 au préfet chargé de la politique de la ville.

Nous voulons aujourd’hui afficher sans faille la poursuite et l’amplification de ces politiques nécessaires aux luttes contre les inégalités sociales et territoriales, ainsi que l’accès aux droits pour toutes et tous avec des équipes politique de la ville, qui œuvrent au lien social et à la réalisation des projets portés par les habitants et acteurs des quartiers.

En restant vigilants sur les tentatives de dilution du Contrat Ville dans des politiques opaques ou vides de sens, nous voterons cette demande de financement auprès de l’État, de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine et de la Métropole.

Je vous remercie de votre attention

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.