Sortir des énergies fossiles et de la libéralisation des marchés de l’énergie.

Depuis le début de l’année 2021, le prix moyen de l’électricité a triplé passant de 149 à 447 euros le mégawattheure, et celui du gaz a presque quadruplé (de 58 à 215 euros le MWh).
50 ans après le premier choc pétrolier, cette crise énergétique, amplifiée par la guerre en Ukraine, va accélérer la fin de l’ère des énergies fossiles.

Transition écologique : une ville qui se transforme en profondeur

Les actions mises en œuvre sont à la hauteur d’une ville résiliente qui prend en compte l’état actuel des menaces environnementales mais qui est aussi capable de se projeter sur le moyen et le long terme en accompagnant les nécessaires changements de pratiques.

Le retour à la terre

Les biodéchets collectés fournissent un compost naturel (et collectif !) qui permet de nourrir les sols abîmés, pour des agriculteurs ou des particuliers, mais aussi de favoriser l’installation de projets d’agriculture urbaine et le développement de la végétalisation des espaces urbains. Grâce à lui le sol s’enrichit et sa fertilité augmente. En outre, il participe à la captation de CO2, nécessité absolue pour lutter contre le dérèglement climatique.

Consommons moins, consommons mieux

Villeurbanne prendra sa part. À court terme, la ville devrait légèrement baisser la température dans les bâtiments qu’elle gère (hors publics fragiles), comme chacun·e pourra le faire à son domicile, quitte à se couvrir davantage. Pour le plus long terme, Villeurbanne renforce ses investissements dans la rénovation énergétique pour consommer moins et améliorer le confort d’hiver et d’été.

La promesse Saint-André

Cette copropriété fait l’objet d’un plan de sauvegarde qui va permettre de financer un programme ambitieux de rénovation énergétique notamment, pour 49 millions d’euros, avec un soutien financier important de l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat, de la Métropole et de la Ville.

2 groupes scolaires rénovés

L’objectif visé pour Jean Moulin c’est 39 % de baisse de consommation et 48 % pour Léon Jouhaux.
Des travaux d’accessibilité sont également inclus. Il s’agit d’opérations globales de rénovation, avec l’utilisation de matériaux biosourcés et la production d’énergie renouvelable par du solaire photovoltaïque.

Pour une ville perméable en harmonie avec ses ressources en eau et ses milieux aquatiques

Pour une bonne santé de nos cours d’eau et donc de notre eau potable, Villeurbanne a choisi d’agir sur la désimperméabilisation des sols : plutôt que rejeter les eaux de pluie dans le réseau d’assainissement, au risque de saturer les stations d’épuration lors des fortes pluies, on la rend à la terre, en lui permettant de s’infiltrer à la parcelle, là où elle tombe.

Collecte des biodéchets : c’est pour bientôt

L’objectif est clair : réduire le volume des déchets de 25 % et le recours à l’incinération de 50 % d’ici la fin du mandat, ce qui permettra de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air, tout en fournissant une matière première essentielle pour régénérer les sols pour la biodiversité et l’agriculture.